ON NE PAIE PAS ! ON NE PAIE PAS !

L’AUTEUR

Dario Fo (1926-2016) est un écrivain italien, dramaturge, metteur en scène et acteur.

Né dans une famille prolétaire de tradition démocratique et antifasciste, il découvre très jeune le théâtre populaire et la tradition orale, par l’intermédiaire de son grand-père, « fabulatore » connu. En 1952, il écrit pour la radio ses premiers monologues comiques, intitulés « Pauvre nain ». En 1954, il épouse Franca Rame, fille d’une grande famille de comédiens populaires, qui devient son inséparable partenaire. Ensemble ils reprennent à leur façon des farces traditionnelles et écrivent de grandes comédies où ils fustigent les institutions et les classes dirigeantes tout en déployant une fantaisie débridée. En 1968, ils fondent l’association « Nuova Scena » avec l’aide du PCI, « au services des forces révolutionnaires » et s’éloignent des circuits traditionnels du théâtre.

En 1970, Dario Fo rompt avec le parti communiste et crée, avec ses camarades, un autre collectif théâtral : La Comune. Ces années sont celles des grands succès : « Mystère bouffe », en 1969, épopée des opprimés inspirée de la culture médiévale, apporte à Dario Fo une renommée mondiale ; « Mort accidentelle d’un anarchiste », en 1970, et « Faut pas payer » (« On ne paie pas ! On ne paie pas !), en 1974.

En collaboration avec Franca Rame, il écrit une série de monologues inspirés par la lutte des Italiennes pour le droit au divorce et la légalisation de l’avortement. Il invente, dans la veine de « Mystère bouffe », des histoires désopilantes et graves, comme « Histoire du tigre ». En 1980, on lui interdit d’entrer aux États-Unis, où il devait donner une représentation exceptionnelle, à cause de son affiliation au « Soccorso Rosso », une organisation de soutien aux détenus.

Artiste hors normes, il reçoit en 1997 le Prix Nobel de Littérature pour avoir « dans la tradition des bateleurs médiévaux, fustigé le pouvoir et restauré la dignité des humiliés. »

Ces dernières années, Dario Fo a écrit des comédies « Il diavolo con le zinne » (1997) et des monologues construits sur le modèle du « Mystère bouffe » : « Lu santo jullare Francesco » (1999) et « Il tiempo degli uomini liberi » (2004). Engagé politiquement depuis longtemps, il se présente aux élections du 29 janvier 2006 à la mairie de Milan et devient alors conseiller municipal. L’arrivée du deuxième gouvernement Berlusconi lui a inspiré « L’Anomalo Bicefalo », écrit avec Franca Rame.

LE SPECTACLE

« Misère, misère, c’est toujours sur les pauvres gens que tu t’acharnes obstinément »

COLUCHE

 

Quand Dario Fo écrit “On ne paie pas ! On ne paie pas !” en 1974, il prend le parti d’en rire, et d’en débattre, de cette misère qui afflige le peuple italien. Les années de plomb. La misère et la faim, tout simplement. Et pourtant voilà une comédie, foisonnante, délirante, débridée, surexcitée…

Dario Fo est un homme de débat. Comme Bertolt Brecht, il se sert du théâtre pour réédifier sa société, et provoquer un éclat de rire vengeur, au milieu d’un théâtre épique et emphatique. Au début, il y a des femmes, qui en réaction aux prix qui ne cessent de grimper, décider de se servir sans passer par la caisse au supermarché du coin. Nous suivons deux d’entre elles, Antonia et Margherita, archétypes de la femme d’ouvrier, courageuse et qui parle haut, enfin surtout Antonia… Le butin sous le manteau, les deux femmes sont contraintes de le cacher quand Giovanni, le mari d’Antonia, revient… Une partie file sous le lit, l’autre sous la robe de Margherita, d’un coup enceinte de plusieurs mois…
En convoquant Histoire – le texte s’inspire d’un fait divers du début des 70′ – et bouffonnerie, Dario Fo étale une palette incroyable de possibilités, et construit pour les acteurs un terrain de jeu jouissif et gigantesque. Et pourtant, il est étonnant de constater que toute l’intrigue part d’un fait divers, une incursion populaire et isolée dans la lutte, un grain de sable. Tout part de la faim. La faim qui tiraille les deux familles, et ses effets. Sur l’entourage, sur les voisins, sur tout le monde…

La vieille Europe, l’Italie, à deux pas…

ON NE PAIE PAS ! ON NE PAIE PAS ! / spectacle intégral

CANI DELLA ROMPO / SARA PERQUE TI AMO live

Compagnie du Berger / création 2013

 

ON NE PAIE PAS ! ON NE PAIE PAS !

de Dario Fo

 

Mise en scène Olivier Mellor

 

Texte français Nicole Colchat, Toni Cecchinatto

 

Avec Marie Laure Boggio, Mylène Gueriot, Stéphane Piasentin, Rémi Pous, Vincent Tepernowski

 

Musiciens Séverin « Toskanino » Jeanniard (direction musicale, basse, chant), Olivier « Benito » Mellor (guitare, melodica, chant), Cyril « Toni » Schmidt (guitare, chant)

Aka CANI DELLA ROMPO

www.facebook.com/CaniDellaRompo

 

Costumes Hélène Falé assistée de Martine Boggio

Scénographie Noémie Boggio, Alexandrine Rollin

Son Séverin Jeanniard

Lumière Benoit André

Régie plateau Benoit André, Hélène Falé, Greg Trovel

Stagiaire Barbara Papamiltiadou

Photos Ludo Leleu

Graphisme Alexandrine Rollin

 

Production Cie du Berger, Communauté de communes du val de Nièvre et environs, Comédie de Picardie // Amiens (80)

Avec le soutien de la DRAC Picardie, du Conseil général de la Somme, du Conseil régional de Picardie, de la SPEDIDAM, de l’ADAMI et du CROUS Picardie

 


Spectacle tous publics à partir de 12 ans, joué en 2013 au Picardia // Flixecourt (80), à la Maison du Peuple // Saint-Ouen (80), à la Salle des fêtes // Ribeaucourt (80), à l’Espace culturel // Ailly sur Noye (80), à la Comédie de Picardie // Amiens (80), au Théâtre municipal // Abbeville (80), au Théâtre du Château // Eu (76), au CSC Maurice Petit // Fressenville (80), à la Salle des fêtes // Avrechy (60), à l’Eden // Hirson (02), à l’Espace culturel Henri Salvador // Villers Saint Paul (60), au Château des Rochers // Nogent sur Oise (60), à la Salle des fêtes // Caulières (80)…